Burundi: La violence et les violations des droits de l’homme continuent malgré l’alternance au sommet de l’Etat.

Spread the love

Malgré des discours alléchants promettant monts et merveilles prononcés par les nouvelles autorités du pays, dont le Président de la République Evariste Ndayishimiye qui va jusqu’à rassurer les chômeurs qu’ils seront tous embauchés ; que toutes les 129 communes du pays seront pourvues d’hôpitaux et de médecins qualifiés ; que tous les corrupteurs seront combattus et punis ; que toutes les bouches auront de la nourriture et que toutes les poches seront garnies de monnaie, le début du mandat du nouveau président sème des doutes.

Pendant ce mois de juillet 2020, le contexte socio- politique et économique demeure caractérisé par la violation grave de droits de la personne humaine. Les Imbonerakure (jeunes militants du CNDD-FDD) continuent de quadriller le pays et de soumettre les burundais à la terreur et aux violences de toutes natures. Les opposants déclarés ou présumés ne cessent d’être la cible d’assassinats, d’attaques à main armée, d’arrestations arbitraires, d’emprisonnements et d’injustices de tout acabit.
Le rapport de cette période relève des cas d’enlèvements et disparitions forcées, des violences sexuelles suivies d’assassinats, des incendies de maisons appartenant aux opposants politiques, des démolitions des permanences des partis politiques et des découvertes macabres de cadavres.
Sur le plan de la gouvernance économique et sociale, nous dénonçons la persistance des contributions forcées, des rançonnements et des spoliations, des spéculations et des hausses incontrôlées des prix des produits de première nécessité.

Le secteur de l’éducation demeure gangréné par des tâtonnements, des trichéries, des détournements de fonds, une politisation à outrance et des abandons scolaires qui augmentent jour après jour.
En ce qui concerne le secteur de la santé, le pays se trouve sous menace grave du COVID-19 sur fond de manque et de hausses vertigineuses de prix de médicaments. Au moment où les nouvelles autorités du pays avaient promis de tout faire pour contrer les contaminations communautaires, les mesures adéquates tardent toujours à venir.

, , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code