Burundi: Des élections entachées de fraudes et de multiples irrégularités font déchanter le peuple burundais qui aspirait au changement.

Spread the love

Les éléctions du 20 mai 2020 se sont déroulées dans un contexte éléctoral tendu caractérisé de violences graves contre les opposants politiques déclarés et présumés.

Le régime de Pierre Nkurunziza s’est fortement acharné contre les militants du principal parti politique d’opposition, le CNL qui lui disputait le terrain politique et qui avait réussi à renverser les tendances.

Ainsi, pour se préparer à la manipulation des résultats du triple scrutin du 20 mai 2020, le parti au pouvoir s’en est pris violemment aux candidats sur les listes du CNL, et aux mandataires politiques aux élections. Certains ont ainsi été tués, d’autres ont été arbitrairement arrêtés pendant que d’autres ont été chassés des bureaux de vote et des lieux de comptage des votes pour tenter de cacher le hold up éléctoral.
Le rapport de mai 2020 revient sur des faits de persécutions physiques et de violences politiques qui ont caractérisé la campagne éléctorale, ainsi que des faits d’irrégularités et de fraudes qui ont marqué le triple scrutin de mai 2020. Il dénonce la politisation et la perturbation des activités scolaires qui ont fait suite à la campagne électorale, ainsi que la propagation incontrôlée de la
pandémie de COVID-19 qui fait rage dans le pays, dans la complicité des autorités publiques qui se moquent des mesures recommandées par l’Organisation Mondiale de la Santé(OMS).

Entre temps, le pays souffre gravement des hausses de prix jamais atteints des denrées alimentaires de première nécessité.

, , , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code