Burundi: L’économie et la gouvernance agonisent à cause du terrorisme d’Etat

Spread the love

Le régime de Pierre Nkurunziza est rongé par la peur de perdre le pouvoir. Il craint souvent des attaques des groupes armés qui viendraient le renverser. Au lieu de mettre en avant la résolution pacifique du conflit actuel, de manière prioritaire, le régime continue la répression des opposants politiques.
Ce rapport du mois d’août 2017 met en exergue le contexte global de violations des droits de l’homme en général et des droits socio-économiques en particulier. Le rapport expose les violations commises par les miliciens Imbonerakure dont les actions déstabilisent la vie sociale et économique des burundais et empêchent ces derniers de continuer à vivre tranquillement dans leurs biens.
Le rapport revient sur la politique généralisée de collecte forcée des fonds instaurée par le régime de Pierre Nkurunziza et sur des faits de mauvaise gouvernance enregistrés pendant la période du rapport.
Il dénonce notamment des actes d’expropriation, de spoliations et regrette que le régime ait adopté une politique de division politico-ethnique comme arme de guerre lui permettant de se maintenir au pouvoir.
A la fin du rapport, le FORSC émet des recommandations à différents acteurs susceptibles de changer la situation socio-politique et économique difficile, vécue par les burundais sous un régime irresponsable qui ne se préoccupe que de ses intérêts égoïstes.

, ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code