Le Ministre de l’intérieur Gervais Ndirakobuca abuse de son autorité et exige la démolition des maisons et commerces

Spread the love
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La situation de la gouvernance et des droits économiques et sociaux demeure gravissime au Burundi, malgré les beaux discours du nouveau Président Evariste Ndayishimiye. Ce rapport du mois de juin 2021 relève une série de faits qui illustrent cette affirmation.

Le premier chapitre dévéloppe des faits liés aux détournements des fonds publics, des vols et rançonnements, des demandes de contributions forcées et de taxes illégales. Il dénonce des destructions de maisons qui sont entrain d’être faites d’un côté par le gouvernement du Burundi dans sa politique de combattre des « constructions anarchiques », de l’autre par la jeunesse Imbonerakure du parti au pouvoir CNDD-FDD coupable d’intolérance politique.

Le deuxième chapitre dénonce le trafic d’influence et les spéculations qui affectent le commerce des produits stratégiques en l’occurence le ciment, le sucre, les produits de la brasserie BRARUDI, le pain et l’huile de palme.

Dans ses deux derniers chapitres, le rapport aborde les deux secteurs sensibles de la vie du pays à savoir la santé publique et l’éducation nationale. L’accès difficile aux services de santé dans certaines structures de soins, le manque criant de médicaments dans le secteur public et privé et la négligence de la pandémie de COVID-19 caractérisent le premier domaine.

Le défi de manque criant de bancs-pupitres et les exigences financières dont sont coupables des autorités scolaires
compliquent de plus en plus la quiétude des parents et des enfants à l’école.

, ,

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *