Burundi: Les transactions en devises en difficultés: la valeur de la monnaie ne dépend pas du coup de canon

Spread the love

Après le retrait d’agrément à tous les bureaux de change pour des motifs inavoués, le régime met en difficultés les transactions de change en devises dans le pays. Il confie cette mission aux banques commerciales sans aucune mesure de reapprovisionnement en devises conformément aux habitudes. Ce qui fait que les banques se déclarent ne pas être à mesure d’accomplir cette mission à la satisfaction de leurs clients.

Dans un communiqué rendu public par l’interbank Burundi la semaine dernière, cette banque informe sa clientèle qu’elle a ouvert des guichets de change en devises dans certains de ses agences mais qu’elle ne vend que des devises apportés par ses clients et regrette qu’elle n’est pas approvisionné en devises par la Banque de la république du Burundi,BRB.
La banque centrale a pris la décision de fermeture de tous les bureaux de change en devises à partir du 15 février 2020 accusant ces derniers de ne pas respecter la réglementation en matière de change.
Des experts en économie regrettent l’attitude de la BRB et du régime en place qui se méfient de la loi de l’offre et de la demande et qui imposent des mesures politiques au domaine de l’économie.
Les banques commerciales elles-mêmes se retrouvent dans l’incapacité de respecter la reglementation de la BRB. Ainsi, la BANCOBU échange sur un taux de change intermédiaire c’est-à-dire un taux entre le taux de change du marché noir et celui de la BRB alors que pour cette dernière, le taux doit être unique, à la BRB comme dans les banques commerciales et même dans les Bureaux de change. Au cours d’ une conference de presse animée vendredi le 14 fevrier 2020, l’expert en économie Faustin Ndikumana dénonce la mesure de fermeture des bureaux de change qui ne fera qu’aggraver la crise en devises, selon lui.
Signalons que la BRB a rapatrié depuis deux ans tous les comptes en devises des personnes morales œuvrant au Burundi. Pour l’expert, l’économie burundaise doit reculer car la valeur de la monnaie ne dépend en aucun cas du coup du canon plutôt de la productivité.

, , , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code