Burundi: Le CORONAVIRUS, un fond de commerce pour des ténors du parti au pouvoir CNDD-FDD!

Spread the love

Les propriétaires de certains hôtels au Burundi sont entrain de profiter de la mise en quarantaine, contre la contamination le COVID-19, des burundais provenant de l’étranger pour leurs affaires lucratives.

En effet depuis le 20 mars 2020, le ministre de la santé publique a sorti un communiqué de presse pour exiger aux burundais et aux étrangers qui rentrent au pays de payer eux-mêmes les frais de résidence et de subsistances pendant toute la durée de la quarentaine dans les hotels que le pouvoir leur exigera d’occuper.
Ce communiqué est sorti à la surprise des jeunes élèves qui venaient notamment de rentrer de l’Ouganda où des écoles venaient de fermer dans le cadre de la prévention contre la pandémie du CORONAVIRUS.
Sur les frontières du Burundi avec la Tanzanie, 93 personnes dont des étudiants qui rentraient de l’Ouganda ont été embarquées dans des camions de police à partir de Kobero vers les hôtels de la province Muyinga où elles doivent se prendre en charges en vivres, eau et frais d’hôtels. A Kanyaru, environs 80 personnes à majorité des èlèves ont été conduites dans des hôtels des provinces Kayanza et Ngozi le 23 mars 2020 après avoir passer une nuit blanche à belle étoile sur la frontière où ils avaient été bloqués.
Ces jeunes élèves dépourvus de tout se lamentent disant ne pas avoir de moyens supplémentaires pour assurer leurs besoins pendant toute la période de 14 jours de leur mise en quarantaine.

Des parents de certains enfants en quarantaine se disent stupéfaits par le comportement des autorités politiques burundaises. Ils se débattent pour nourrir leurs enfants et répondre à leurs multiples besoins.
Ils estiment que des mesures accompagnatrices plus responsables auraient été prises pour mieux prendre en charge ces personnes. Le gouvernement aurait pu prévoir des modalités de restauration et de prise en charge de ces personnes au lieu de leur imposer des mesures de répression.

“L’État burundais a failli à ses obligations de protection.”

D’après les victimes

Personne ne pourra comprendre comment et pourquoi l’État du Burundi n’a pas prévu des conditions humaines pour une action aussi louable de mise en quarantaine en vue de la prévention contre une pandémie qui menace le monde entier.
Qui plus est, le pouvoir du CNDD-FDD, a négocié des chambres dans les hôtels de ses militants à un prix supérieur au prix normaux comme s’il profitait de la pandémie!!! A Muyinga nous apprenons par exemple que des occupants de certains hotels seraient dans la contrainte de payer 20000 FBu par nuitée et par personne. A suivre.

,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code