Bulletin bimensuel N•004 sur le processus électoral de 2020 au Burundi

Spread the love

Le Burundi vient de vivre un moment historique au point de vue politique par l’organisation d’un triple scrutin présidentiel, législatif et communal le 20 mai 2020.

Le peuple burundais a en effet manifesté qu’il aspire à un grand changement politique mais s’est heurté à une CENI qui n’avait rien ménagé pour torpiller le processus électoral par sa gestion opaque, inéquitable et partiale ; l’administration, le parti CNDD-FDD et sa milice Imbonerakure ainsi que les forces de défense et de sécurité lui fournissant tous les ingrédients nécessaires pour tailler la part du lion au parti au pouvoir afin de permettre à une oligarchie politico-militaire au pouvoir depuis 2005 de confisquer la volonté du peuple qui s’était pourtant exprimée lors de ce scrutin. Il a été en effet constaté que le processus électoral a été émaillé de beaucoup d’irrégularités qui ont porté préjudice au résultat du scrutin tel qu’il a été proclamé par la CENI.

Entre autres irrégularités ayant entaché ce scrutin, nous avons relevé notamment la contrainte exercée sur certains mandataires à signer d’avance les procès
-verbaux du dépouillement du contenu des urnes, le bourrage de certaines urnes, le vote à la place des défunts et des réfugiés, des procurations multiples, le fait que dans certains bureaux de vote il y ait eu des électeurs qui ont voté plus d’une fois, les arrestations arbitraires et exclusions des mandataires et des observateurs des bureaux de vote et des lieux de dépouillement du scrutin, les intimidations et contraintes exercées sur des électeurs par certains administratifs qui les accompagnaient jusque dans les isoloirs, l’intrusion des personnes non autorisées dans les lieux de comptage des voix, le secret de vote qui n’était pas garanti partout et la confiscation des accréditations et des téléphones de certains observateurs.

Toutes ces irrégularités n’ont pas pourtant empêché le président de la CENI à proclamer le CNDD-FDD et son candidat présidentiel vainqueurs des élections présidentielles, législatives et communales, proclamation que le principal opposant a contestée.
Dans ce bulletin qui couvre la période du 16 – 31 mai 2020, les organisations de la
société civile burundaise membres du consortium pour le monitoring des violations des droits de l’homme pendant la période électorale ont relevé des allégations des violations, des violations et atteintes aux droits de l’homme liées à l’intolérance politique, des irrégularités liées au triple scrutin du 20 mai 2020, de
nombreux actes d’intimidations, de harcèlement judicaire et de violence perpétrés à l’endroit de membres de partis politiques d’opposition ainsi que des incohérence des résultats provisoires du scrutin proclamés par la CENI.

Au cours de la période couverte par ce bulletin, nous avons documenté au moins 3 personnes assassinées dont 2 membres du CNL et 1 membre du parti CNDD-FDD, 4 membres du CNL enlevés et portés disparus, 13 membres du parti CNL torturés dont 1 femme, 125 personnes arrêtées arbitrairement dont 121 membres du parti CNL y compris 1 femme ainsi que 15 personnes essentiellement membres du parti CNL physiquement violentées.

, , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code