Rumonge : La CNTB se constitue en une partie au conflit

Partager

La commission nationale terres et autres biens « CNTB » en sigle ne résout pas les conflits entre parties, elle s’est plutôt constituée en une partie aux conflits en faveur des rapatriés. Les résidents sont contraints à céder leurs terres et autres biens sans aucune autre forme de procès.

La commission convoque ces derniers juste pour les connaitre et les regarder. La vengeance politique a pris le dessus au détriment de la réconciliation sociale et de la cohabitation.
En province Rumonge, un malentendu entre l’administration territoriale et cette commission est née dans des dossiers de litiges sur le quartier Mugomere. Dans une lettre que l’administrateur de la commune Rumonge a envoyée au président de cette commission dans la province Rumonge, il demande que l’instruction des dossiers en rapport avec les litiges des parcelles dans le quartier Mugomere soit suspendue provisoirement. Selon cet administrateur, la commune Rumonge pourrait avoir été impliquée dans la distribution des parcelles de ce quartier aux habitants pour y ériger des maisons. Les autorités communales disent attendre l’autorisation du ministère de la justice pour avoir un avocat qui va représenter la commune devant cette commission.
Entre temps, les habitants de ce quartier dénoncent le comportement du président de cette commission qui continue de convoquer les habitants de ce quartier pour instruire des dossiers. Selon certains résidents contactés, on dirait que ce sont les employés de la CNTB qui revendiquent les terres à la place des rapatriés. Il y a des résidents qui sont convoqués alors qu’il n’y a pas de plaignant. En plus, se lamentent-ils, les agents de la CNTB ne leur permettent pas de s’exprimer ni d’exhiber les documents d’attributions des parcelles .De leur côté, les employés de la CNTB disent que ces documents ont été attribués par des gouvernants injustes.
Entre temps, en 2006, la même commission avait reçu des dossiers des personnes qui réclamaient ce site comme étant une propriété de leurs ancêtres, mais le gouverneur de la province Bururi d’alors avait fini par faire annuler ces enquêtes de la CNTB. Véronique Nizigama, après avoir obtenu un rapport sur les conditions d’attributions des parcelles de ce quartier, avait suspendu les activités de la CNTB dans ce quartier. Selon des habitants de ce village de Mugomere, c’est la commune Rumonge qui a elle-même distribué les parcelles aux résidents.

Ce qui est surprenant dans ce dossier, c’est cet ex-gouverneur de la province Bururi aujourd’hui membre de la CNTB qui s’active pour retourner dans un dossier qu’il avait lui- même suspendu avec un rapport à l’appui qui défendait les acquéreurs de bonne foi.