Makamba : La rentrée scolaire émaillée de plusieurs irrégularités

Partager

A la direction provinciale de l’enseignement en province Makamba, la rentrée scolaire est caractérisée de plusieurs irrégularités.

L’ordonnance ministérielle portant harmonisation du minerval n’est pas respectée dans la plupart des écoles à système d’internat .
À l’école technique agricole( ITABU ) de Gifuruzi en commune Nyanza-Lac, le minerval s’élève à 45000 francs. En plus de cette somme servant de minerval , une somme de 1000 francs destiné à la contribution pour les élections de 2020 est obligatoire.

A l’école d’excellence se trouvant à l’ancien lycée Makamba, le minerval s’élève à 53000 francs. En plus des 43000 francs, la direction exige une somme de 3000 francs par élève pour le payement d’une garde-malade , une somme de 3000 francs servant à la propreté , 1000 francs pour l’assurance et 2000 francs pour le sport.

Le scénario est le même au lycée technique Nyabigina.

Suite à cette hausse du minerval , la plupart d’élèves ont préféré abandonner le système d’internat après orientation. Les directeurs d’écoles disent que même ceux qui se sont présentés n’ont pas encore payé le minerval.
Exemple, au lycée technique Nyabigina, sur 300 élèves inscrits seuls 60 ont déjà payé les frais scolaires.

Du côté pédagogique, tous les établissements d’enseignement technique n’ont jusqu’ici pas de programmes. Les enseignants sont obligés de dépenser de l’argent pour chercher des documentations sur internet.
Certains directeurs disent que le département de l’enseignement technique au ministère n’a pas encore validé ces programmes. D’autres disent cela serait lié au manque de moyens pour l’impression des livres car les programmes seraient disponibles.

La majorité des élèves qui ont demandé d’être réintégrés, réorientés ou de changer leurs sections forment toujours des files d’attente devant les bureaux communaux et provinciaux de l’enseignement dans l’attente des réponses de la part de la commission.
Un autre handicap qui mine le système éducatif est la tricherie lors des tests de certification et d’orientation.
Certains directeurs communaux d’enseignement sont accusés de les organiser systématiquement en plaçant des surveillants de leur choix.

Le classement devient donc subjectif.

L’autre problème concerne la sélection des enfants candidats d’école d’excellence.

Au lieu de privilégier les élèves qui ont eu de bonnes notes, la sélection vise beaucoup plus les équilibres régionaux ou provinciaux.