Burundi : Le régime de Pierre Nkurunziza vandalise les biens des personnalités politiques en exil

Partager

Ce vendredi le 28 décembre 2018, des véhicules de police ont envahi les domiciles appartenant à trois opposants politiques en exil Onesime Nduwimana, le général Gaciyubwenge et Edouard Nshimirimana.

Des policiers en uniformes et des personnes en tenues civiles ont d’abord procédé à l’arrestation des veilleurs avant de défoncer les portes et de vandaliser toutes les trois résidences. Ces dernières ont ensuite été mises sous le contrôle et la surveillance des agents en tenues civiles qui seraient des agents du SNR. Ces agissements interviennent après l’annonce faite par la ministre de la justice Laurentine Kanyana le 13 décembre 2018 qui avait déclaré que des maisons des opposants politiques allaient être récupérées par le gouvernement burundais pour être vendues aux enchères.

Le plan de saisie ou le pillage ou le vandalisme des biens appartenant aux opposants politiques  avait été annoncé en 2016 par l’actuel président du sénat Reverien Ndikuriyo qui donnait ordre à des policiers, des agents du SNR , de l’armée et des jeunes imbonerakure  de tuer les opposants qui se trouvaient dans les quartiers contestataires du troisième mandat pour après récupérer leurs parcelles.  Les faits rappellent aussi  le fameux décret du 6 avril 1972 du président Michel Micombero qui ordonnait la saisie des maisons et des biens et des avoirs  des”  traitres “.

Vers la fin du troisième mandat de Pierre Nkurunziza, ce dernier craint de nouveaux frondeurs au sein de son parti. Il s’agit donc d’un rappel d’intimidation contre ceux qui tenteront de ne pas se ranger derrière lui. “Vous allez subir le même sort”, tel est le message de Pierre Nkurunziza, selon une des personnalités proches de lui.