Le régime Pierre Nkurunziza accuse faussement le Rwanda et les réfugiés burundais d’usurper le tambour burundais pourtant patrimoine de l’humanité

Partager

Ce matin du 24 aout 2019, le régime Pierre Nkurunziza avait mobilisé des foules de jeunes burundais pour manifester contre les jeunes refugiés tambourinaires burundais en exil au Rwanda pour avoir participé à une compétition régionale qui vient d’avoir lieu au Kenya.

Le régime est choqué de voir des jeunes burundais qu’il ne contrôle plus, qu’il a chassés de son territoire, s’exhiber à la satisfaction du monde et de la région, alors que ce pouvoir croyait les avoir anéantis.

Les autorités burundaises n’avaient pas encore compris que l’honneur et la culture étaient aussi partis en exil au même titre que ces réfugiés.

 Dire que le Burundi est victime de vol de tambours alors que le régime en place a exilé les tambourinaires est une honte et une aberration en plus que ce tambour est classé en un patrimoine de l’humanité par l’UNESCO.

L’humanité entière y compris les réfugiés peut profiter de ce patrimoine mondial et en faire un usage bénéfique.

 Au contraire au lieu d’accuser les autres, c’est plutôt   Pierre Nkurunziza qui, vainement, voudrait usurper ce patrimoine mondial. La loi en vigueur sur le tambour burundais autorise l’usage du tambour pour seulement son propre compte. Une amende de 500 000 FBU est infligée à celui qui en fait usage pour autre chose.

 Au niveau interne, le tambour ne résonne que lors des cérémonies nationales publiques où participe le président.

 Les réfugiés sont sous la gestion du pays d’accueil, de l,UA, de l, ONU. Que les jeunes refugiés brillent culturellement dans la région, en Afrique, en Europe, en Amérique au nom de l’humanité et des pays d’asile, et non au nom du pays oppresseur.

Le tambour burundais a plutôt été usurpé par Pierre Nkurunziza lui-même qui veut en faire sa propriété.