Burundi : Le CNDD-FDD organise un week-end de collecte forcée des contributions aux élections de 2020

Partager

Partout dans le pays, le week-end du 20 juillet 2019 a été marqué par une forte opération de collecte forcée des contributions aux élections de 2020. Paradoxalement, le reçu distribué à ceux qui ont donné cette contribution ne cachait pas la destination des fonds. Le parti au pouvoir en mal de financer sa campagne électorale avait donné un mot d’ordre aux imbonerakure de se chercher eux- mêmes les fonds en passant par la population, qui constitue aujourd’hui le dernier recours du régime chaque fois que ce dernier ne peut plus fonctionner ou faire fonctionner ses institutions.

Les imbonerakure, jeunesse du parti au pouvoir CNDDFDD se sont réveillés de bonne heur ce week-end. Ils ont envahis tous les ménages, boutiques et marchés du Burundi pour collecter de 1000 FBu à 10 000FBu. Ils avaient des cahiers dans lesquels ils mentionnaient ceux qui donnaient cette somme et ceux qui ne donnaient pas. Ils avaient aussi des reçus non originaux, non datés sur lesquels se trouvait l’insigne du CNDD-FDD, ce qui attestait que ces contributions étaient destinées au parti et non aux élections même si on pouvait aussi lire sur la pièce « Amatora meza ».

En effet, certains collecteurs expliquaient que cette somme servirait à acheter la tenue du parti au pouvoir pour les membres démunis, assurer le déplacement des membres du parti pendant la campagne électorale et leur rafraichissement.

La population regrettait cette cotisation forcée en faveur d’un parti politique dont certains n’étaient pas membres et se voyaient dans l’obligation de payer pour sauver la peau devant des menaces de mort sérieuses.
Dans certaines villes comme dans chaque quartier de la Mairie de Bujumbura, le parti avait pris le soin de déterminer le plafond minimum de 200000F de collecte. Raison pour laquelle des collecteurs ont dû prolonger l’opération. Certaines victimes contactées dénoncent un vol organisé et un hold up électorale flagrant.
Il est signalé à Bubanza des barrières sur les routes et vers les marchés empêchant à toute personne qui n’a pas encore donné sa contribution de continuer le chemin.