Burundi : Des Imbonerakure font le mauvais et le beau temps en zone urbaine de Musaga, Mairie de Bujumbura

Partager

« Tous les petits travailleurs privés doivent avoir un badge de travail pour pouvoir continuer à travailler »,tel est un alibi instauré par des jeunes Imbonerakure de la zone urbaine de Musaga pour imposer des rackets notamment aux travailleurs domestiques, aux boutiquiers, aux coiffeurs et aux couturiers.

Avant, les badges étaient une obligation imposée aux travailleurs domestiques mais actuellement la mesure se généralise sur d’autres travailleurs du secteur informel. Après une brève sensibilisation sur l’exigence d’un badge, ces jeunes Imbonerakure n’ont pas tardé à contraindre les concernés à payer des montants allant de 5000 Fr à 10000F par jour, pour n’avoir pas respecté ladite « mesure ».

 Le vice-président de la ligue des jeunes  imbonerakure du secteur Gikoto, fils d’un certain élu local nommé Bagaza, est connu pour être un des Imbonerakure qui rackettent les citoyens de la zone urbaine de Musaga. En complicité avec des policiers, il passe de boutique en boutique, sillonne des salons de coiffure, ateliers de couture et de menuiserie pour exiger et collecter de l’argent illégalement, sans en être inquiété. Pendant la nuit, il est avec d’autres collègues pour tendre des embuscades à des citoyens à qui ils dépouillent de leurs biens avant de les mettre à tabac s’ils résistent à céder ce qu’ils ont.

Au-dessus de l’administration et de la police, ces jeunes Imbonerakure interviennent soi-disant pour « régler » des  conflits entre citoyens et en profitent pour exiger aux parties en conflit le paiement d’argent qu’ils empochent pour leurs propres comptes. Pour la protection des victimes, nous nous gardons de les citer mais ces dernières sont très nombreuses.